Logo Etudiant.ma

Instituteur

Définition du métier

Instruire l’enfant et commencer à lui donner des méthodes d’acquisition des connaissances : C’est l’affaire de l’instituteur. Un véritable généraliste de l’enseignement.

Métier

L’instituteur, appelé aussi professeur des écoles, exerce exclusivement en école maternelle ou primaire. Sa mission principale consiste à éveiller chez les enfants l’intérêt pour le monde qui les entoure, leur apprendre à lire, à écrire, à compter…
L’instituteur suit un programme scolaire défini par le Ministère de l’Éducation Nationale. Toutefois, il dispose d’une certaine liberté pour organiser ses cours ainsi que les différentes activités intellectuelles, artistiques et sportives.

Condition de travail

L’instituteur a la responsabilité d’une classe d’une trentaine d’enfants. Parfois, suivant les effectifs, il est nécessaire de grouper deux classes en une. C’est ce que l’on appelle un double niveau. Dans les zones rurales notamment, trois classes ou plus peuvent même être réunies. Il doit assurer chaque semaine 26 heures d’enseignement. Hors du temps de travail, il doit aussi corriger les cahiers, préparer les leçons et recevoir les parents d’élèves.

Compétences

Le métier de l’instituteur exige une panoplie de qualité, en l’occurrence, rigueur, patience, sens de l’écoute et autorité. De plus, enseigner toutes les matières dans une même semaine requiert une grande énergie, une bonne santé ainsi qu’une bonne culture générale.

Formation

Pour devenir instituteur, après le baccalauréat, il faut intégrer le Centre Pédagogique Régional (CPR) pendant 2 ans après sélection sur dossier et entretien.

Rémunération

Le salaire d’un instituteur est de 3.000 à 5.000 Dirhams selon l’échelle.  

ANNUAIRE DES METIERS

Aucun métier n'est répértorié sous la lettre B.
Aucun métier n'est répértorié sous la lettre F.
Aucun métier n'est répértorié sous la lettre Q.
Aucun métier n'est répértorié sous la lettre U.
Aucun métier n'est répértorié sous la lettre X.
Aucun métier n'est répértorié sous la lettre Y.
Aucun métier n'est répértorié sous la lettre Z.

METIERS PAR SECTEUR

TEMOIGNAGES

Zineb Michaal, Chargée de clientèle dans une banque marocaine

Mon métier

Après l’obtention de mon master en management et finance des entreprises, j’ai intégré la banque au sein de la quelle j’occupe actuellement le poste de chargée de clientèle. J’exerce ce métier depuis plus d’une année et demi. Mes tâches sont variées. Je me charge de la gestion et du conseil de la clientèle de la banque et du développement d’un portefeuille de clients. C’est un métier qui permet d’avoir de réelles qualités relationnelles et une profession qui exige beaucoup de fermeté. Afin de mieux conseiller les clients, il faut les bien connaître. Mon rôle en tant que chargée de clientèle est d’écouter, discuter puis proposer aux clients les différentes offres et services. Certes, c’est une grande responsabilité. Dans certains cas, compliqués, et face à «des clients difficiles», je fais appel à la hiérarchie.

Ma formation

Ainsi, pour nous aider à nous parfaire dans le métier, des formations en permanence sont assurées au sein de la banque. A chaque fois qu’un nouveau produit est mis sur le marché, une formation nous est dispensée. Ceci nous permet d’apporter les conseils bien adaptés aux clients.  Une chargée de clientèle doit inspirer confiance à ses clients, je suis leur référence, de ce fait, je dois leur apporter le soutien nécessaire.

Mes conseils

Faire une carrière dans les métiers de la banque est une réelle opportunité pour appréhender le secteur. Je suis convaincue que le passage par le poste de chargée de clientèle est très nécessaire afin de mieux connaître les besoins des clients. Je souhaite gravir les échelons de l’entreprise et accéder à un poste de responsabilité au sein de la banque dans la quelle je travaille actuellement.


El Amri Salaheddine Agriculteur, éleveur

J’ai suivi une formation de deux années et tout de suite après avoir terminé ma formation j’ai travaillé avec mon père dans l’entreprise agricole familiale.

La formation m’a apporté la connaissance des plantes, ce qu’il faut inéluctablement acquérir pour être agriculteur. Elle m’a aussi permis de savoir comment réparer de nombreux engins motorisés. Ainsi, je n’ai pas besoin de faire appel à un mécanicien pour les petites pannes, je sais le faire seul.

Il s’agit souvent d’engins agricoles tels que les tracteurs ou moissonneuses batteuses. Aujourd’hui, mon activité principale est la reproduction des plantes. L’objectif est de permettre la reproduction des plantes dans les meilleures conditions agronomiques possibles, à savoir, utiliser à bon escient et, de manière optimale les engrais et produits phytosanitaires. Je cultive du blé, de l’orge, du mais, des pois, des betteraves et cette liste n’est pas exhaustive. Pour exercer le métier d’agriculteur, il faut être courageux, ne pas compter ses heures et, évidemment aimer la nature. C’est important de savoir observer, cela se révèle utile pour la croissance des plantes.


Bensbih Majid, Ingénieur du son pour le cinéma

Souvent les gens confondent un ingénieur du son sur un long métrage avec un mixeur de musique. Or, le son d’un film, ce n’est pas seulement la musique ou les effets spéciaux, mais aussi et parfois surtout le son direct du plateau, c’est-à -dire tout le dialogue dit par les acteurs durant le tournage et toutes les ambiances et les sons seuls qui sont autour. Le travail de l’ingénieur du son consiste alors à capter ces sons d’une manière aussi propre (sans bruits parasites) et pure que possible, pour qu’au montage et mixage, ils puissent être utilisés de la façon la plus efficace

pour coller à l’image et lui donner la troisième dimension manquante (spatiale et temporaire). Au Maroc, les perspectives me semblent très optimistes car le cinéma et la télévision sont amenés à se développer et ils ont besoin de professionnels du son. Ceci est d’ailleurs valable pour d’autres corps de métier. Le métier d’ingénieur du son comporte tout de même quelques contraintes. Il est indispensable d’être extrêmement flexible. Il faut travailler les dimanches, de jour comme de nuit, faire 6 jours par semaine et 16 heures par jour. On ne sait jamais quand on va faire le prochain film, parfois il faut quitter le pays trois mois de suite.


Mohamed Madini 38 ans, responsable de la logistique

Mon métier

La logistique : un exercice d’équilibriste contrôlé! Répondre présent en quantité, coût, délais à nos clients, voilà ma vocation. La logistique se caractérise par un jeu de contraintes multiples: gérer les stocks, contrôler les arrivages, assurer la bonne marche de l’ensemble du service logistique, réceptionner les commandes client, et donner les instructions au responsable manutention ou aux agents de quai, à la suite de l’identification d’anomalies par ces derniers, etc.

Outre mes connaissances d’administrateur et de gestionnaire, mon métier demande des qualités humaines indéniables.  Ça nécessite un bon esprit d’équipe et de bonnes capacités relationnelles.

Ma formation

J’ai un DUT en gestion des Entreprises et des Administrations, puis la compagnie dans laquelle j’ai été embauché m’a permis de suivre une formation en logistique dans une grande école de la logistique.

Mes conseils

Je conseille aux étudiants qui veulent travailler dans ce secteur de multiplier les stages d’au moins trois mois pour avoir une expérience solide. Ils devraient aussi se former dans les écoles qui sont reconnues dans le monde de la logistique.


Nouria Tazi, Styliste

Comment travaillez-vous au quotidien?

Je crée en majorité des vêtements de cérémonies portés lors des événements importants de la vie (baptême, mariage, henné…). Les gens peuvent les voir lors des défilés. Ils peuvent aussi consulter des photos. S’ils veulent l’une ou l’autre modification, je peux changer le modèle.

Parfois, des gens viennent avec des idées précises. Du coup, cela me permet de créer un vêtement unique pour chaque cliente, respectant ainsi sa morphologie, ses goûts et sa personnalité.

Mon travail quotidien est ponctué de moments de créations de croquis, de recherches livresques à la bibliothèque, de recherche de matières.

Que vous apporte ce métier?

Le stylisme représente mon jeu quotidien. Il s’agit de tout un univers que je me suis créé. J’y trouve sans doute des joies intérieures grâce à la manipulation de matières, grâce à de la construction. J’ai aussi tendance à dire que le plus beau côté de ce métier, c’est lorsqu’une personne vous demande un vêtement et que vous pouvez créer quelque chose qui correspond à son physique, à sa personnalité, à ses désirs.

Quelle était votre formation?

Après avoir décroché mon bac en sciences. J’ai décidé de changer de branche et de faire quelque chose d’artistique. J’ai fait alors trois années de couture et de modélisme. Mon orientation vers le stylisme est venue à mon adolescence. Puis, cela m’a hanté de manière progressive.

Quels conseils donneriez-vous à des jeunes stylistes ?

D’aller jusqu’au bout de leur passion, de leur rêve (même si ce n’est pas aussi facile !)


Houda, Infographiste

Mon métier

Je m’appelle Houda, j’ai 32 ans, et je suis infographiste. Cela fait 8 ans que je travaille. Je crée sur informatique (PAO : publication assistée par ordinateur) tous documents destinés à l’impression ou au Web, conformes à la demande et aux souhaits des clients. Actuellement, je travaille dans un journal hebdomadaire, je conçois les publicités commerciales selon les demandes clients qui me sont transmises par les commerciaux du journal.

Ma formation

J’ai un diplôme de 3 ans d’une grande école privée à Casablanca, spécialité  «communication visuelle».

Mes conseils

Pour faire ce métier, il faut aimer la création, l’informatique, mais aussi savoir s’adapter à la demande client. Je conseille aux débutants dans ce domaine de faire tous les petits boulots qui leur permettront d’acquérir une expérience. En tant qu’infographiste, il faut constituer un Book qui va être, en quelques sortes, la vitrine de ses compétences.


ACTUALITES GUIDE DES METIERS

Réussir sa candidature spontanée

Les candidatures spontanées n’ont pas toujours la côte. Avec l’augmentation des sites de recrutement et le partenariats signées par les écoles avec certaines entreprises, les étudiants ne s’intéressent aux candidatures spontanées qu’en dernier recours. En effet, si vous arrivez à décrocher un poste via une candidature spontanée, cela jouera en ...


Bien rédiger son rapport de stage

Atout, presqu’indispensable, lors d’un entretien d’embauche, le rapport de stage exige de la préparation. N’attendez donc pas la dernière minute pour le rédiger. Surtout que sa rédaction est un bon exercice pour apprendre à recueillir, analyser, organiser et présenter de l’information sur un sujet précis. Ainsi, votre rapport de stage ...


Création d'entreprise au Maroc

Etape 1: Certificat négatif Tout commence par la dénomination de l’entreprise. Le certificat négatif est indispensable pour l’identification et l’enregistrement de l’entreprise. Passé un délai d'un mois, les certificats négatifs non retirés seront annulés. Idem pour les certificats négatifs retirés et non déposés pour inscription au registre du commerce. Toutes les entreprises sont ...


Changer de métier, comment faire ?

Changer de métier, comment faire ?Je veux me reconvertir, mais comment ?Au bout de 5, 7, ou même 10 ans de métier ; la monotonie ? Une nouvelle opportunité ? Une envie de se réaliser ailleurs et autrement ? Tourner cette page et recommencer !On peut entreprendre à tout âge ...


Moteur de recherche

Sans
Bac
Avec
Bac
Master et
Cycle sup




Test d'orientation Grauit

Newsletter

Recevez chaque semaine l'information sur :

Les écoles se présentent

prev










next

 


Plan du site